3 conseils pour allier affirmation de soi et respect des autres

Les-dieux-voyagent-toujours-incognito

“Les Dieux voyagent toujours incognito” de Laurent Gounelle

Bonjour!

Comment allez-vous?

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un livre de Laurent Gounelle “Les Dieux voyagent toujours incognito”.

L’auteur

Laurent Gounelle fait le tour du monde pour aller à la rencontre de personnes ayant choisi pleinement leur vie dans le respect d’eux-même et de leur prochain. Il a à cœur de nous transmettre les enseignements qu’il reçoit au travers de ses romans. Celui-ci est son troisième livre.

L’histoire

Dans ce roman, nous suivons Alan. Ce jeune homme américain vivant en France est au bord du suicide au début du livre. Il va être sauvé par un certain Yves Dubreuil. Ce dernier s’engage à le coacher pour qu’Alan change de vie, se révèle à lui même. En échange ce dernier devra faire tout ce qu’Yves lui ordonne. Au fil des pages, nous verrons l’évolution d’Alan.

L’extrait

– Quand on déteste quelqu’un ou qu’il nous fait souffrir, on n’a absolument pas envie de se glisser dans sa peau pour ressentir ce qu’il ressent…

– C’est vrai, et pourtant, c’est souvent la seule façon de comprendre ce qui le motive à se comporter de la sorte avec nous. Tant qu’on reste à sa place, on se contente de souffrir ou de rejeter l’autre, mais ça ne change rien à la situation. On n’a pas d’influence sur lui. Tandis que si tu te mets à sa place, tu peux découvrir pourquoi il agit ainsi. Si c’est un tortionnaire, alors regarde la scène avec ses yeux de tortionnaire, et tu comprendras ce qui le pousse à torturer. C’est le seul espoir que tu aies de le faire arrêter. On ne change pas les gens en les rejetant.

– Mouais…

– Quand tu rejettes quelqu’un, ou même simplement ses idées, tu le pousses à fermer les écoutilles et à camper sur ses positions. Pourquoi s’intéresserait-il à ce que tu as à dire si tu refuses son point de vue?

– C’est pas faux…

– Si tu fais l’effort – parfois désagréable – d’endosser sa vision des choses, tu saisis ce qui l’amène à penser ce qu’il pense, à se comporter comme il se comporte. Et s’il se sent compris et non pas jugé, il pourra peut-être entendre ce que tu as à dire pour faire évoluer sa position.

– Ca ne doit pas marcher à tous les coups…

– Certes, mais la démarche inverse ne marche JAMAIS.

– Je vois ce que vous voulez dire.

– D’une façon générale, plus tu cherches à convaincre quelqu’un, et plus tu génères de résistance chez lui. Plus tu veux qu’il change d’avis, et moins il en change.

[…]

– Pousser, c’est partir de notre position et vouloir l’imposer à l’autre. Tirer, c’est partir de la position de l’autre, et petit à petit l’amener à soi.

Ce que ce livre nous apporte

Ce livre est une ode à reprendre notre vie en main. En effet, au début du livre, Alan veut se suicider parce qu’il est en permanence soumis aux volontés des autres. De ses parents, de son travail, même de sa compagne qui le quitte sans explication. Il ne maitrise rien!

Ce sentiment très douloureux le pousse à abandonner cette vie dont il n’est qu’esclave et jamais acteur.

Malgré sa domination de coach, Yves Dubreuil va lui redonner ce pouvoir sur sa vie. Il va le guider pour s’affirmer dans le respect de soi et des autres.

Voici les 3 conseils principaux que j’ai retenu :

1. Oser formuler ce que l’on veut clairement et sans agressivité.

Vous allez me dire, c’est la base! Oui, effectivement, c’est la base.

Mais combien d’entre nous savent réellement ce qu’ils veulent? Combien d’entre nous se laissent porter par les dictats des magasines, de l’entreprise, de la mode, de leurs familles, de leur conjoint… sans jamais chercher au fond d’eux-même si c’est réellement ce qu’ils veulent?

Il est vrai que le fait de vivre en société impose un certain consensus pour conserver une forme d’harmonie.

Je reste cependant persuadée qu’il y a une marge de manœuvre plus importante que celle que s’accorde la plupart d’entre nous.

Pour cela, la première étape est de savoir ce que voulez. Si vous ne savez pas trop comment procéder, je vous invite à relire mon autre article sur Laurent Gounelle Etes-vous pleinement satisfaits de votre vie? Dans cet article, je parle des grandes composantes de l’épanouissement personnel. Si cela vous parait trop grand dans un premier temps, vous pouvez commencer avec des éléments du quotidien : la composition des repas, la cuisson de votre pain, la déco de votre chez-vous, la façon de vous habiller, l’éducation que vous voulez donner à vos enfants…

Une fois que vous savez ce que vous voulez, vous devez le formuler auprès des personnes concernées. La meilleure façon d’être entendu est de parler avec calme, sans agressivité.

Et là, deux options s’offrent à vous. Soit la personne à qui vous formulez votre demande est d’accord avec vous, soit elle ne l’est pas.

Si elle ne l’est pas, le piège est de se laisser gagner par la colère. En effet, la colère est la réponse de notre mental à un besoin d’affirmation de soi. Malheureusement, la colère engendre la colère. Si vous laissez la colère prendre le dessus, il y a de fortes chances que la discussion vire au conflit. Et du coup, vous ôte l’envie de recommencer à vous affirmer puisque le rapport de force amène rarement un résultat gagnant-gagnant.

Alors, comment faire?

2. S’ouvrir aux autres pour mieux les comprendre et être mieux compris.

Lorsqu’on s’affirme, on se positionne. Et parfois, cela peut déstabiliser les personnes face à vous.

En effet, vous montrez que vous savez ce que vous voulez. Et cela peut allez à l’encontre de votre interlocuteur.

Du coup, lui aussi va peut-être vouloir s’affirmer.

S’il se met en colère, au lieu de répondre par de la colère, essayez de vous demander pourquoi votre demande le met dans cet état. En vous posant cette question, vous n’allez plus prendre sa colère contre vous. Vous allez détacher sa réaction de votre affirmation. Sa colère est SON problème, pas le votre. Il a le droit d’être en colère mais vous avez le droit de vous affirmer. Nous sommes 100% responsables de nos actes et seulement à 50% d’une relation.

Si vous arrivez à déterminer pourquoi il se met en colère (en lui posant la question dans un premier temps), vous avez des bases saines pour discuter. Dans tous les cas, ne lâchez pas votre besoin de vue.

Prendre en compte l’autre ne veut surtout pas dire s’oublier. Cela veut dire qu’on respecte ses besoins autant que les nôtres.

Parfois, il n’y a pas d’harmonie possible. Dans ce cas-là, la meilleure solution est le compromis. Il ne doit cependant pas remettre en question vos besoins respectifs.

Parfois, il n’y a pas de dialogue possible. Dans ce cas-là, la meilleure solution est l’arrêt de la discussion. Si l’autre est fermé, vous lui exprimez vos besoins et vous agissez au mieux de votre intérêt.

3. Etre sincère dans ses paroles comme dans ses actes.

Dans tous les cas, l’affirmation de soi est intimement lié à notre intégrité dans nos paroles comme dans nos actes. En effet, si ce que nous voulons affirmer ou faire n’est pas en accord avec nos valeurs, nous n’aurons pas de poids.

Nous devons être convaincu du bien fondé de notre volonté. Nous devons être persuadé que cette demande est légitime.

A partir de là, nous serons crédibles face à nous même. Encore une fois, rien de sert de vouloir s’affirmer si ce que nous pensons vouloir ne nous correspond pas.

Vous pourrez prendre confiance en vous et vous affirmer uniquement si vous savez quelles sont vos valeurs et si vous être en harmonie avec celles-ci. Je dis bien VOS valeurs. C’est une notion très importante qui doit venir du plus profond de vous même.

Et vous?

Avez-vous lu ce livre?

Qu’en avez-vous pensé et retiré?

 

Cliquez sur les liens de partage si vous avez aimé cet article! Merci!

Laissez-moi vos commentaires pour répondre aux questions du « Et vous? ».

A bientôt!

4 commentaires


  1. // Répondre

    Bonjour Virginie,
    Quel plaisir de vous retrouver et quel bonheur de lire ce nouvel article, très instructif. Il va m’être très utile, professionnellement parlant. Je suis en effet en relation avec des personnes et nous ne partageons pas forcément le même point de vue. Je ne manquerai pas de vous dire ce que j’en ai retiré.
    Je vous souhaite également une année 2017 pleine de sérénité.
    Amicalement
    Nathalie


    1. // Répondre

      Bonjour Nathalie,
      Merci beaucoup pour vos vœux et votre retour très positif! J’attends de vos nouvelles avec impatience.
      A bientôt.
      Virginie.


  2. // Répondre

    Article intéressant ! En tout cas, dire ce que l’on pense est une capapcité qui se développe et qui nous permet de nous sentir bien mieux que si nous retenons et renions nos envies et désirs. Après, on peut toujours faire de notre mieux pour trouver un compromis pour éviter de rentrer dans des débats éternéls et stériles. En tou cas, ce n’est pas toujours facile quand notre envie d’avoir raison prend le dessus sur notre envie de trouver une solution !
    Merci pour le partage ! 😉


    1. // Répondre

      Bonjour Taha,
      Merci beaucoup pour ce retour. 😉
      A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *